ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Distances et Savoirs

1765-0887
parution suspendue
 

 ARTICLE VOL 9/3 - 2011  - pp.305-311
TITRE
ÉDITORIAL

RÉSUMÉ

Ceci n’est pas une représentation de l’avenir de la formation à distance. Du moins, pas une de celles qu’aurait permis d’esquisser la méthode prospective. Nous n’en avions d’ailleurs ni l’ambition, ni les moyens lorsque nous avons lancé l’appel à contributions qui a donné son nom au présent numéro thématique « Où va la distance ? ». Il s'agit plutôt d’une approche fondée sur les constats et expériences d’un ensemble de praticiens, ainsi que sur leur intuition des enjeux qui marquent leurs contextes de formation respectifs et leur apparaissent susceptibles d’influencer profondément l’évolution de la formation à distance. Un ensemble de vignettes, donc, chacune illustrant une situation particulière, mais qui donnent à voir – à la façon d’un tableau d’Arcimboldo – un saisissant portrait du passé récent de la formation à distance, ainsi que les contours de son développement. Pour peu que l’on prenne évidemment un peu de distance. Au cœur de nos préoccupations, un ensemble d’interrogations inspirées par la part croissante d’activités à distance dans l’enseignement en présence et la variété de leurs contextes, le développement de formes d’enseignement hybrides et l’apparition d’institutions bimodales. Mais aussi la réflexion de Geneviève Jacquinot-Delaunay posant la FAD comme principe de provocation des modes de formation, la plus grande étant qu’elle rend le présentiel essentiel. Sur ceci se greffe bien sûr le bouleversement provoqué par les changements technologiques les plus récents, tels que la généralisation du web 2.0 et des réseaux sociaux, ainsi que l’évolution des pratiques pédagogiques, notamment les modes d’apprentissage collaboratif, et leurs effets sur l’autonomie des étudiants. Enfin s’est ajoutée pour notre revue l’étrangeté de certaines propositions d’articles éloignées de nos thématiques familières et dans lesquelles la distance nous apparaissait en filigrane. Dans une large mesure, ces évolutions trouvent leur source dans les nouvelles demandes adressées aux institutions d’enseignement par des apprenants menant de front études et activités professionnelles, ce qui contribue à transformer les pratiques d’apprentissage. Mais si la présence apparaît de plus en plus essentielle, quelle que soit sa conjugaison avec les formes d’apprentissage à distance, la notion de distance conserve-t-elle sa pertinence et sa spécificité en tant qu’objet d’étude ? Et si la formation à distance a perdu en plus d’un siècle son statut de « pis-aller » pour acquérir celui de modalité de formation à part entière, ce nouveau statut n’est-il pas à son tour en passe de se transformer de façon radicale ? L’appel à contributions invitait ainsi nos auteurs à identifier les changements tendanciels importants à l’œuvre dans la formation à distance et à rendre la recherche plus intelligible en clarifiant les notions et concepts susceptibles de rendre compte des phénomènes à étudier.



AUTEUR(S)
Patrick GUILLEMET

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (61 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier