ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Distances et Savoirs

1765-0887
parution suspendue
 

 ARTICLE VOL 8/1 - 2010  - pp.133-135
TITRE
POINT DE VUE : Ce que l'on doit penser de l'enseignement par correspondance

TITLE
What one is to think of correspondance courses

RÉSUMÉ
Méthode relativement nouvelle l’ENSEIGNEMENT PAR CORRESPONDANCE est un moyen postscolaire indispensable à la perfection de chacun. Le temps passé à l’École est variable suivant les individus, mais tous, quels qu’ils soient, auront dans la vie, à chaque instant, besoin de compléter leur instruction, les nécessités de l’existence les orientant fort souvent vers des situations peu en rapport avec les études entreprises, a moins que l’ambition légitime de leur condition ne les oblige impérativement à travailler pour arriver plus haut. Seul l’ENSEIGNEMENT PAR CORRESPONDANCE logiquement conçu, parfaitement enseigné, méthodiquement adapté à chaque catégorie d’étudiants, peut conduire à la réussite. En France, il v a presque autant de méthodes que d’écoles, et ceci n’est pas fait pour faciliter le choix de ceux qui ne savent pas encore ce qu’on peut attendre de ce mode d’enseignement. Il faut donc, comme en tout, se méfier des imitateurs de la vraie méthode et de ceux qui, sans garantie aucune, se targuent d’enseigner tout sans exception ; or qui trop embrasse mal étreint. A des prix dérisoires, meilleure preuve de la non valeur de leur enseignement, ils vous offriront des choses extraordinaires, vous feront envisager des situations considérables. Réfléchissez bien avant de vous engager, car si vous prenez la mauvaise route, vous perdrez de l’argent, puis du temps, c’est-à-dire encore de l’argent. Méditez surtout les Conseils suivants : Il n’y a qu’un moyen de faire de l’enseignement par correspondance. Il faut : 1° Posséder un corps enseignant hors ligne, professant sur place les cours qu’il professe par correspondance ; 2° Mettre entre les mains de l’élève des ouvrages imprimés exprès pour lui écrits dans un style spécial à ses connaissances actuelles ; 3° Lui faire rédiger des devoirs nombreux, bien imprimés avec l’emplacement exact de sa réponse parfaitement gradués; 4° Il faut lui corriger ces devoirs avec le plus grand soin et l’autoriser à demander des conseils aussi souvent qu’il le voudra. 5° Il faut, chaque fois que cela est possible ajouter à la correction un modèle rédigé par le professeur pour habituer l’élève à s’inspirer de la perfection. 6° Enfin, il faut qu’en cas de besoin, l’élève puisse venir à l’École, causer avec ses professeurs, voir sur place les machines ou pièces de machines dont on lui parle, voir de ses yeux, enfin comment fonctionne l’École dont il est l’élève. Toute méthode ne remplissant pas rigoureusement toutes ces conditions est mauvaise, et elle est d’autant plus mauvaise qu’elle est meilleur marché, car les connaissances ne s’acquièrent qu’avec du temps, du travail, de la patience. L’ECOLE DU GENIE CIVIL, 152, Avenue de Wagram, Paris, remplit rigoureusement toutes ces conditions. L’Etat l’a placée sous son haut patronage et la valeur des dip1ômcs délivres à la suite d’études sérieuses est telle que la Société des anciens élèves n’a jamais assez de candidats pour les Places qui lui sont offertes. Donc, encore une fois, réfléchissez bien avant de vous inscrire à une École quelconque. Renseignez-vous sérieusement et, au besoin, demandez conseil à d’anciens élèves. Ceux-là ne vous tromperont pas et vous n’aurez pas à regretter d’avoir pris quelques précautions si vous avez le moindre doute sur la valeur de l’Enseignement qu’on vous propose.

AUTEUR(S)


LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (463 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier