ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Distances et Savoirs

1765-0887
parution suspendue
 

 ARTICLE VOL 6/3 - 2008  - pp.339-342
TITRE
ÉDITORIAL

RÉSUMÉ
Y a-t-il une spécificité de la formation à distance ? Plus exactement, l’intitulé « formation à distance » désigne-t-il un mode singulier d’enseignement et d’apprentissage, radicalement différent de celui du présentiel ? ou bien, au contraire, enseigne-t-on et apprend-on à distance comme en face-à-face, en étant simplement, selon les circonstances, handicapé ou stimulé par l’éloignement ? Si naïve que cette question puisse paraître aux lecteurs de Distances et Savoirs, elle mérite d’être posée. Elle le mérite d’autant plus que c’est elle que le hasard de ces varia met au centre de ce numéro. Cette question ne le mérite pas moins pour son ancienneté : dès les années 1960- 70, la référence à la spécificité revient avec insistance dans le monde de la formation à distance. Max Egly, par exemple, l’un des pionniers avec Etienne Brunswic, Henri Dieuzeide et Jean Valérien des usages éducatifs des médias, rapporte, à propos de l’utilisation des satellites de communication : « Les points qui ont attiré notre attention ont été tournés vers des éléments de spécificité du satellite, c’est-à-dire l’instantanéité et les possibilités de diffusion massive (…) la possibilité également de mettre en commun les ressources de plusieurs pays et de créer des réseaux »1. Au même moment, Gaëtan Tremblay, l’un des principaux évaluateurs québécois du programme universitaire par satellite « Omnibus », parle, lui aussi, de la spécificité du médium en intitulant l’un de ses chapitres « Spécificité de la communication par satellite »2. Hors des usages satellitaires, Richard E. Clark conteste dans un article célèbre l’hypothèse de la spécificité des médias et de la médiatisation en affirmant que les supports de communication sont de « simples véhicules qui délivrent l’enseignement mais qui n’influencent pas plus les résultats de l’élève que le camion qui nous livre nos aliments ne modifie ce que nous mangeons »3. Aussi n’était-il pas sans intérêt de revenir sur la question de la spécificité, ainsi que nous y invitent, chacune à sa manière, les différentes contributions de ce numéro.

AUTEUR(S)


LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (110 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier